Logo 0
Logo ss

 Initiation à la reliure de livre avec Rose-Lyne Aernout
 Sauvez nos reliures
 La restauration d'un vieux livre par un artisan
 Atelier de reliure de Roncq
 Coudre un livre : partie 1/2
 Coudre un livre : partie 2/2
 La dorure :  Initiation 
 La restauration : d'un livre ancien
 La reliure à la Japonaise

Partager "Vidéos et liens sur la reliure" sur facebookPartager "Vidéos et liens sur la reliure" sur twitterLien permanent

LES DECOUVERTES

flux RSS de la boite LES DECOUVERTES

La bibliothèque, un lieu à part dans une maison d’arrêt

Chaque vendredi après-midi, des tournées sont effectuées avec ce chariot auprès des détenus pouvant emprunter des ouvrages.

Chaque vendredi après-midi, des tournées sont effectuées avec ce chariot auprès des détenus pouvant emprunter des ouvrages. 
© (Photo NR, Jérôme Dutac)

Pour promouvoir la lecture en prison, une convention a été signée avec Agglopolys, la maison d’arrêt et le service pénitentiaire d’insertion et de probation.

C’est un partenariat qui ne date pas d’hier. « Quand Jack Lang était ministre de la Culture, il avait déclaré qu’il souhaitait que la culture soit présente dans tous les ministères. Et, en tant que maire de Blois, au moment de l’ouverture de la bibliothèque Abbé-Grégoire, il a pensé avec son équipe aux publics empêchés, c’est-à-dire à ceux privés d’un accès à la lecture. C’est ainsi qu’une première convention a été signée avec la prison de Blois en 1996 », explique Christophe Degruelle, président d’Agglopolys, qui signait, ce vendredi 14 septembre, pour la troisième fois depuis 2008 (date à laquelle il a pris la tête de la communauté d’agglomération) cette convention avec le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip) de Loir-et-Cher et la maison d’arrêt de Blois. 

Une équipe, constituée d’agents de la bibliothèque Abbé-Grégoire et de la médiathèque Maurice-Genevoix, intervient à la prison pour apporter une expertise technique et une veille sur la qualité du fonds (livres, périodiques et CD) mis à la disposition des détenus, et pour assurer un prêt régulier de documents. Les vendredis après-midi, un chariot, emmené par Xavier, détenu en charge de la bibliothèque depuis mai 2018, un agent des bibliothèques d’Agglopolys et un surveillant de la maison d’arrêt, passe auprès des prisonniers dans leur cellule. 

Un espace d’échanges et d’activités culturelles« J’ai pris mes fonctions en septembre 2017 et, à mon arrivée j’ai été agréablement surpris par l’état de la bibliothèque et du rôle qu’elle pouvait jouer », souligne Gérald Pidoux, chef d’établissement de la maison d’arrêt de Blois. « Cet espace est un lieu d’échanges et d’activités culturelles. » Dès l’arrivée d’un détenu à la maison d’arrêt, celui-ci est incité à emprunter un livre, comme l’a rappelé René Beltoise, directeur du Spip de Loir-et-Cher : « Le réaménagement du lieu permet un usage plus large. » Pour limiter la dégradation ou le vol d’ouvrages, un logiciel a été mis en place permettant d’indexer chaque livre et d’indiquer les dates d’emprunt et de retour. « La bibliothèque est un lieu à part dans une maison d’arrêt, car c’est une ouverture vers l’extérieur. Elle est donc très respectée », confie Gérald Pidoux.

En prenant en charge cette bibliothèque, Xavier, détenu, a commencé par faire un inventaire complet. « Je me suis aperçu qu’il y avait de la perte. Je me suis occupé d’aller en récupérer auprès des prisonniers et de faire venir davantage les détenus dans ce lieu », reconnaît-il. « On se rend compte que l’accès aux livres permet de stabiliser ceux qui sont enfermés ici. Ça les apaise. »

Source : https://www.lanouvellerepublique.fr
Auteur : Rédaction
Date : 20/09/2018

 

Partager "La bibliothèque, un lieu à part dans une maison d’arrêt" sur facebookPartager "La bibliothèque, un lieu à part dans une maison d’arrêt" sur twitterLien permanent

Association Fill


PRÉSENTATION DE LA FILL

La Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill) a été créée en 1985 sous l’intitulé Fédération française pour la coopération des bibliothèques (FFCB). À l’initiative de ses membres, notamment les structures régionales pour le livre (SRL), la FFCB a changé de nom en mars 2006 pour devenir la Fill.

Cette nouvelle dénomination reflète son évolution vers l’interprofession, à l’image de l’ouverture des missions des SRL qui embrassent désormais tout le champ de la vie du livre, de l’écrivain au lecteur, du patrimoine à la création, de la lecture publique à l’économie du livre.

MISSIONS

De statut associatif, la Fédération rassemble au sein d’un réseau national qui œuvre au quotidien pour accompagner les professionnels du livre, de la lecture et de la documentation :

  • des structures régionales pour le livre (agences et centres régionaux du livre),
  • des collectivités territoriales,
  • des institutions nationales et des associations,
  • des personnes qualifiées.

À la rencontre des politiques du livre des Régions et de la politique menée par l’État, la Fill est un espace d’observation, de débat, d’analyse, de proposition et d’action et offre des outils pertinents pour l’élaboration de politiques culturelles innovantes.

Lieu de l’interprofession, plate-forme unique fondée sur la concertation et la mutualisation, en liaison notamment avec les fédérations nationales d’élus et les services culturels de l’État, la Fill a pour objet de travailler au développement équilibré de l’accès au livre et à la lecture, à l’évaluation et à l’optimisation des politiques culturelles autour de quatre missions principales :

  • mettre en valeur au niveau national les politiques régionales du livre et de la lecture,
  • favoriser et enrichir le dialogue entre les élus en charge de la culture, les services culturels des Régions, des Départements et de l’État, les institutions nationales, les organismes culturels, et l’ensemble des professionnels du secteur,
  • susciter et animer le débat sur l’accès au livre et à la lecture en proposant des solutions pragmatiques et innovantes,
  • fédérer les acteurs de la filière.

En lien étroit tant avec les acteurs publics qu’avec les professionnels du livre et leurs syndicats, multipliant les partenariats avec les associations et institutions au service de la coopération dans les métiers du livre, de la lecture et de la documentation, la Fill œuvre pour défendre les intérêts communs de la filière, dans le souci constant de la bibliodiversité.

Par sa connaissance fine des territoires, elle peut proposer des évaluations et orientations nationales, accélérer la diffusion des idées et des débats et accompagner les expérimentations et les négociations nécessaires dans une filière en pleine mutation.

ORGANISATION

Pour réaliser ses missions, la Fédération s’organise autour d’un centre de ressources, de commissions d’études ou de projets et organise séminaires et journées d’études.

Centre de ressources

La Fill propose un important centre de ressources en ligne : sont consultables sur son site les actes de divers ateliers, séminaires et colloques qui intéressent tous les secteurs du livre, ainsi que des guides de référence, dont le Guide des aides aux professionnels du livre (auteurs, éditeurs, libraires).

Le site rassemble par ailleurs les ressources en ligne des membres de la Fill : guides, chartes, dossiers, entretiens, annonces, annuaires et bases de données. Une documentation foisonnante à disposition de tous qui renseigne sur les acteurs, les conditions et les politiques de la vie du livre sur l’ensemble du territoire.

La Fill relaie aussi sur son site les actualités de ses membres : journées d’étude, formations, publications diverses…

La Fill publie l’Info-Fill, une lettre bimensuelle d’information et de veille sur l’actualité du livre et de la lecture.

Commissions d’études ou de projets

 Séminaires et journées d’études

Depuis 2009, la Fill organise avec le concours du ministère de la Culture (service du Livre et de la Lecture), et en partenariat avec la Bpi, un séminaire de réflexion sur les politiques publiques du livre en région.

 

COOPÉRATION ET PARTENARIATS

La Fill noue des partenariats avec des institutions nationales et européennes :

La Fill a coordonné le projet numérique interrégional : La France vue par les écrivains

De 2012 à 2014, La Fill a coordonné l’expérimentation de cartographie littéraire numérique des territoires au fil d’extraits géolocalisés GéoCulture – La France vue par les écrivains. Cette expérimentation a reçu le soutien du CNL et de la Sofia.

Partager "Association Fill" sur facebookPartager "Association Fill" sur twitterLien permanent