Logo 0
Logo ss

 Initiation à la reliure de livre avec Rose-Lyne Aernout
 Sauvez nos reliures
 La restauration d'un vieux livre par un artisan
 Atelier de reliure de Roncq
 Coudre un livre : partie 1/2
 Coudre un livre : partie 2/2
 La dorure :  Initiation 
 La restauration : d'un livre ancien
 La reliure à la Japonaise

Partager "Vidéos et liens sur la reliure" sur facebookPartager "Vidéos et liens sur la reliure" sur twitterLien permanent

LES DECOUVERTES

flux RSS de la boite LES DECOUVERTES

La bibliothèque, un lieu à part dans une maison d’arrêt

Chaque vendredi après-midi, des tournées sont effectuées avec ce chariot auprès des détenus pouvant emprunter des ouvrages.

Chaque vendredi après-midi, des tournées sont effectuées avec ce chariot auprès des détenus pouvant emprunter des ouvrages. 
© (Photo NR, Jérôme Dutac)

Pour promouvoir la lecture en prison, une convention a été signée avec Agglopolys, la maison d’arrêt et le service pénitentiaire d’insertion et de probation.

C’est un partenariat qui ne date pas d’hier. « Quand Jack Lang était ministre de la Culture, il avait déclaré qu’il souhaitait que la culture soit présente dans tous les ministères. Et, en tant que maire de Blois, au moment de l’ouverture de la bibliothèque Abbé-Grégoire, il a pensé avec son équipe aux publics empêchés, c’est-à-dire à ceux privés d’un accès à la lecture. C’est ainsi qu’une première convention a été signée avec la prison de Blois en 1996 », explique Christophe Degruelle, président d’Agglopolys, qui signait, ce vendredi 14 septembre, pour la troisième fois depuis 2008 (date à laquelle il a pris la tête de la communauté d’agglomération) cette convention avec le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip) de Loir-et-Cher et la maison d’arrêt de Blois. 

Une équipe, constituée d’agents de la bibliothèque Abbé-Grégoire et de la médiathèque Maurice-Genevoix, intervient à la prison pour apporter une expertise technique et une veille sur la qualité du fonds (livres, périodiques et CD) mis à la disposition des détenus, et pour assurer un prêt régulier de documents. Les vendredis après-midi, un chariot, emmené par Xavier, détenu en charge de la bibliothèque depuis mai 2018, un agent des bibliothèques d’Agglopolys et un surveillant de la maison d’arrêt, passe auprès des prisonniers dans leur cellule. 

Un espace d’échanges et d’activités culturelles« J’ai pris mes fonctions en septembre 2017 et, à mon arrivée j’ai été agréablement surpris par l’état de la bibliothèque et du rôle qu’elle pouvait jouer », souligne Gérald Pidoux, chef d’établissement de la maison d’arrêt de Blois. « Cet espace est un lieu d’échanges et d’activités culturelles. » Dès l’arrivée d’un détenu à la maison d’arrêt, celui-ci est incité à emprunter un livre, comme l’a rappelé René Beltoise, directeur du Spip de Loir-et-Cher : « Le réaménagement du lieu permet un usage plus large. » Pour limiter la dégradation ou le vol d’ouvrages, un logiciel a été mis en place permettant d’indexer chaque livre et d’indiquer les dates d’emprunt et de retour. « La bibliothèque est un lieu à part dans une maison d’arrêt, car c’est une ouverture vers l’extérieur. Elle est donc très respectée », confie Gérald Pidoux.

En prenant en charge cette bibliothèque, Xavier, détenu, a commencé par faire un inventaire complet. « Je me suis aperçu qu’il y avait de la perte. Je me suis occupé d’aller en récupérer auprès des prisonniers et de faire venir davantage les détenus dans ce lieu », reconnaît-il. « On se rend compte que l’accès aux livres permet de stabiliser ceux qui sont enfermés ici. Ça les apaise. »

Source : https://www.lanouvellerepublique.fr
Auteur : Rédaction
Date : 20/09/2018

 

Partager "La bibliothèque, un lieu à part dans une maison d’arrêt" sur facebookPartager "La bibliothèque, un lieu à part dans une maison d’arrêt" sur twitterLien permanent

Le créateur Steeve Heugebaert, alias SaroneR est venu poser ses caps et ses bombes de peinture au 2 ème Festival de la Bande dessinée de Wattrelos en octobre 2016 organisé par Trait-D’Union et la Ville de Wattrelos. Il a réalisé une fresque sous nos yeux sur le thème des super-héros.

Petite présentation de cet artiste complet qui nous en a mis plein les yeux les 8 et 9 octobre derniers…

Son ambition est de « démontrer aux gens qu'on peut mettre de la couleur dans leur vie avec des bombes"… de peinture ! Steeve a commencé par « deux, trois graffs puis des blocks letters »  et découvre le lettrage 3D. « C'est un peu comme des bijoux. On rajoute des effets pour ramener plus de beauté, d'ampleur à la lettre. », confie-t-il à nord Eclair en 2010.

Formé à Saint-Luc et aux Beaux-Arts , SaroneR laisse ensuite s’épanouir son style hip-hop. « Je suis du nord de la France (Wattrelosien ! ndlr) et voici plusieurs années que j'exerce le métier de graphiste où je trouve un certain épanouissement, je suis à la fois créa, maquettiste, webdesigner, illustrateur, animateur... et j'en passe, j'essaye d'être le plus complet dans mon art. J'ai travaillé au sein de diverses agences où j'ai pu apprendre, côtoyer des personnes qui m'ont appris beaucoup et qui fait au jour d'aujourd'hui mon évolution perpétuelle... »

Lors de ses débuts dans les années 90, le street art n’était pas en vogue comme il l’est de nos jours. Steeve se souvient : « On s'est même fait arrêter parce qu'on avait peint un mur de la SNCF décrépit et libre d'accès ». Désormais, Steeve a monté sa société, le Studio Point C et s’est spécialisé dans la création graphique sur tout support (web, print, graffiti, photographie…). Si vous voulez mettre de la couleur chez vous ou faire d’une pièce de votre maison un endroit unique, faites-lui confiance : la preuve en image…

Son ambition est de « Pouvoir toucher les familles avec un graff ». Gageons qu’au Festival de la Bd, c’est gagné d’avance !...

Et Oui c’est gagné…la preuve à la Bibliothèque Municipale de Wattrelos qui a installé un de ces graff dans son hall. 

 

 

Partager "Steeve Heugebaert, alias SaroneR " sur facebookPartager "Steeve Heugebaert, alias SaroneR " sur twitterLien permanent