Logo 0
Logo ss

 Initiation à la reliure de livre avec Rose-Lyne Aernout
 Sauvez nos reliures
 La restauration d'un vieux livre par un artisan
 Atelier de reliure de Roncq
 Coudre un livre : partie 1/2
 Coudre un livre : partie 2/2
 La dorure :  Initiation 
 La restauration : d'un livre ancien
 La reliure à la Japonaise

Partager "Vidéos et liens sur la reliure" sur facebookPartager "Vidéos et liens sur la reliure" sur twitterLien permanent

LES DECOUVERTES

flux RSS de la boite LES DECOUVERTES

La bibliothèque, un lieu à part dans une maison d’arrêt

Chaque vendredi après-midi, des tournées sont effectuées avec ce chariot auprès des détenus pouvant emprunter des ouvrages.

Chaque vendredi après-midi, des tournées sont effectuées avec ce chariot auprès des détenus pouvant emprunter des ouvrages. 
© (Photo NR, Jérôme Dutac)

Pour promouvoir la lecture en prison, une convention a été signée avec Agglopolys, la maison d’arrêt et le service pénitentiaire d’insertion et de probation.

C’est un partenariat qui ne date pas d’hier. « Quand Jack Lang était ministre de la Culture, il avait déclaré qu’il souhaitait que la culture soit présente dans tous les ministères. Et, en tant que maire de Blois, au moment de l’ouverture de la bibliothèque Abbé-Grégoire, il a pensé avec son équipe aux publics empêchés, c’est-à-dire à ceux privés d’un accès à la lecture. C’est ainsi qu’une première convention a été signée avec la prison de Blois en 1996 », explique Christophe Degruelle, président d’Agglopolys, qui signait, ce vendredi 14 septembre, pour la troisième fois depuis 2008 (date à laquelle il a pris la tête de la communauté d’agglomération) cette convention avec le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip) de Loir-et-Cher et la maison d’arrêt de Blois. 

Une équipe, constituée d’agents de la bibliothèque Abbé-Grégoire et de la médiathèque Maurice-Genevoix, intervient à la prison pour apporter une expertise technique et une veille sur la qualité du fonds (livres, périodiques et CD) mis à la disposition des détenus, et pour assurer un prêt régulier de documents. Les vendredis après-midi, un chariot, emmené par Xavier, détenu en charge de la bibliothèque depuis mai 2018, un agent des bibliothèques d’Agglopolys et un surveillant de la maison d’arrêt, passe auprès des prisonniers dans leur cellule. 

Un espace d’échanges et d’activités culturelles« J’ai pris mes fonctions en septembre 2017 et, à mon arrivée j’ai été agréablement surpris par l’état de la bibliothèque et du rôle qu’elle pouvait jouer », souligne Gérald Pidoux, chef d’établissement de la maison d’arrêt de Blois. « Cet espace est un lieu d’échanges et d’activités culturelles. » Dès l’arrivée d’un détenu à la maison d’arrêt, celui-ci est incité à emprunter un livre, comme l’a rappelé René Beltoise, directeur du Spip de Loir-et-Cher : « Le réaménagement du lieu permet un usage plus large. » Pour limiter la dégradation ou le vol d’ouvrages, un logiciel a été mis en place permettant d’indexer chaque livre et d’indiquer les dates d’emprunt et de retour. « La bibliothèque est un lieu à part dans une maison d’arrêt, car c’est une ouverture vers l’extérieur. Elle est donc très respectée », confie Gérald Pidoux.

En prenant en charge cette bibliothèque, Xavier, détenu, a commencé par faire un inventaire complet. « Je me suis aperçu qu’il y avait de la perte. Je me suis occupé d’aller en récupérer auprès des prisonniers et de faire venir davantage les détenus dans ce lieu », reconnaît-il. « On se rend compte que l’accès aux livres permet de stabiliser ceux qui sont enfermés ici. Ça les apaise. »

Source : https://www.lanouvellerepublique.fr
Auteur : Rédaction
Date : 20/09/2018

 

Partager "La bibliothèque, un lieu à part dans une maison d’arrêt" sur facebookPartager "La bibliothèque, un lieu à part dans une maison d’arrêt" sur twitterLien permanent

La Générale d'Imaginaire

PRÉSENTATION

Association co-fondée en 2004 et dirigée par Stéphane Gornikowski. Une douzaine d'artistes sont associés. Tous ces artistes sont aussi des auteurs de genres littéraires divers. Ils ne sont pas tous édités.

On peut citer les noms de Thomas Suel, poète et slameur, de Julien Delmaire qui a publié son premier roman chez Grasset en 2013, d'Amandine D. qui a déjà édité deux textes à la Contre-Allée...

Le rayonnement de cette association est régional, voire national et même international, les artistes étant invités dans diverses régions, à Montréal... Ils se produisent dans une cinquantaine de villes de la région Nord-Pas-de-Calais chaque année.

Les activités de La Générale d'Imaginaire sont :

- la création et la diffusion de spectacles, dont des lectures musicales. Ce sont souvent de petites formes très adaptables en bibliothèques.

- des ateliers d'écriture

- des mises en voix

- des projets participatifs avec une présence artistique au long cours en lien avec les populations qui participent aussi à la création.

LIVRES VIVANTS

Ce concept est né en Amérique du Nord sous le nom de "Bibliothèques vivantes". Les livres vivants sont des personnes physiques qui viennent en rencontrer d'autres. Cette activité permet de combattre les préjugés sur des personnes différentes de soi. Le livre vivant peut porter son récit de vie, se raconter ou répondre à des questions.

La Générale d'Imaginaire a repéré dans le Valenciennois avec les services culturels locaux des livres vivants, formés et préparés à parler de soi. Avec l'écrivain Dominique Sampiero, des interventions ont eu lieu dans un collège avec des adultes en difficulté. Les collégiens étaient très à l'écoute de ces récits de vie. De même, fin 2013, l'association a travaillé avec les personnes âgées d'un EPAD.

ACTIONS LITTÉRAIRES

La Générale d'Imaginaire est aussi un éditeur. Elle fabrique des livres montrant tout l'intérêt de textes de slameurs comme Julien Delmaire, Thomas Surel, Marie Ginet.

Elle organise aussi des soirées littéraires avec de grands auteurs, comme en janvier 2014 avec Marie Darrieussecq au Louvre-Lens

A l'automne 2015, une exposition littéraire sera montée avec le FRAC, autour du travail de Julien Prévieux, auteur de lettres de non-motivation. Un autre temps fort est prévu à l'automne avec le FRAC sur le monde du travail.

CONTACT

Stéphane Gornikowski, stephane.gor@gmail.com ou (06) 78 06 64 16

Pour toute information sur La Générale d'Imaginaire, voir le site : http://slam-lille.com/

Partager "La Générale d'Imaginaire" sur facebookPartager "La Générale d'Imaginaire" sur twitterLien permanent